Au vieux campeur

16 fév

Ce week-end n’a pas été des plus productif pour ma part, sportivement parlant. La semaine toute entière d’ailleurs. Le rendu de mémoire approche à grand pas et je me sens d’une inspiration à toute épreuve. Le temps qui nous est donné pour l’écriture de notre bébé se compte sur les doigts d’une main, c’est pourquoi chaque petit moment de frénésie est à prendre. Une semaine donc sans même courir une demie heure. Je ne saurais vous décrire comment en ce dimanche soir je me sens. J’ai l’impression d’avoir perdu toute mes capacités à courir, mes forces dans les cuisses, les muscles fessiers ont fondu (pour le peu qu’il y en avait), ma bedaine qui pousse vers l’avant, l’impression de ne faire que manger… Bref une hécatombe. Evidemment je sais bien que tout se joue dans la tête donc ça me fait rire jaune et me dit que mardi sonnera l’heure de la détente au stade.

En tout cas, le moral reste bon comme toujours malgré les bourrasques de vent qui sont à deux doigts d’arracher la toiture, et la pluie diluvienne qui frappe mes velux. Aujourd’hui j’avoue avoir larvé devant walking dead avec mon acolyte et franchement…sans regret…malgré le temps ensoleillé et la douceur des températures de la journée. Parfois savoir rien faire est un vrai bonheur. Il faut dire qu’hier nous sommes montés « à la ville » pour reprendre l’expression de Mily afin de rendre visite au vieux. Et quand je dis au vieux, je parle du vieux campeur bien évidemment. Depuis le temps que je voulais aller y faire un tour, j’étais comme une gamine de 5 ans à qui on propose une journée à Disney Land : au paradis.

Du coup nous cherchons la rue des écoles comme indiqué sur internet. Quelle surprise de se rendre compte que le vieux campeur ce n’est pas 1 mais 28 adresses dans Paris. Un vrai jeu de piste, mais heureusement les magasins sont tous dans le même secteur. Le quartier n’étant pas des plus désagréables c’était un vrai plaisir de partir en quête des boutiques qui nous intéressaient. Evidemment comme nous préparons le GR20 nous sommes allés dans les spécifiques à la randonnée.

50 boulevard Saint Germain pour tout ce qui est petit matériel de camping et randonnée. Nourriture Lyophilisés et énergétique. Soins et hygiène du corps, protection solaire et contre les insectes…

Rue des anglais (je n’ai pas noté le numéro) pour tout ce qui est sac de randonnée. Il y a un choix extraordinaire, c’est assez dingue.

28, rue des écoles pour se renseigner pour un futur achat de jumelles de rando.

icone_312
Pour avoir les adresses connectez-vous au site internet, vous les retrouverez toute avec le détail de la spécialité de la boutique. En tout cas, un accueil super à chaque fois, des conseils complets et non commerciaux. Les mecs sont là pour te dire ce qui est, t’expliquer le fonctionnement des produits, les avantages, les inconvénients sans essayer de te vendre le plus cher, ou un produit qui ne répond pas à tes attentes. Et ça fait du bien de se dire qu’il est possible de faire confiance aux conseils qui nous sont donnés pour le choix de notre matériel.

Nous sommes tout d’abord allés nous renseigner pour le sac à dos. Il semble qu’un 60 litres suffisse bien. Selon le vendeur mieux vaut prendre un 60 litres et bien le charger plutôt qu’un 70 litres peu remplit. Le mou pourrait faire balancer le matériel à l’intérieur du sac et contrebalancer le poids. Mauvais !! Selon le poids à porter, mieux vaut choisir des sangles (au niveau des hanches) plus ou mois dures. Plus le poids sera lourd, plus les sangles devront être dures. Je pensais que la qualité du tissu pouvait varier, mais il semble que non. Nous nous sommes renseignés à ce sujet car nous voulons ensuite attaquer le Mont blanc. Autant éviter plusieurs achats. Les prix des sacs vont donc varier selon la marque évidemment, comme pour tout achat, mais surtout du confort au niveau du portage. Le poids des sacs varient peu semblerait-il. Moi j’ai eu le mien à Noël, avec une sangle molle. Comme je compte partir avec 10 kilos, voir 11 tout au plus je ne devrai pas connaitre trop de difficultés à le porter.

Dans le second magasin, nous nous sommes fait plaisir au niveau de la popote. Nous avons opté pour 2 casseroles encastrables en inox dont le couvercle fait passoire. Parfait pour les cuissons de pâtes qui seront nombreuses. Comptez 43€ le tout. Je pense que nous ne prendrons qu’une seule des deux casseroles pour ne pas s’encombrer inutilement. L’aluminium est largement moins cher mais déformant et nocif sur le long terme. Evidemment nous aurions préféré de la vaisselle en titane car ultra léger mais les prix nous ont un peu refroidit. Du coup, pour les tasses nous avons préféré des basses en aluminium car nous ne les ferons pas chauffer sur le feu. Basses, pour qu’elles puissent rentrer dans la popote. Elles ne nous ont coûté qu’à peine 6€. Les produits en titane attendront un peu. Nous investirons un peu plus pour les projets ultérieurs. Et il y en a. Plein ! Nous avons pris aussi une cordelette, qui nous servira notamment pour étendre le linge lavé le soir, et parce qu’on ne sait jamais… et une sorte de kit de survis tout en un, grand et épais comme une carte de crédit, avec tourne-vis, décimètre, de quoi se repérer avec le soleil… Je ne sais pas franchement ce que c’est ni à quoi ça peut bien servir, mais mon acolyte le voulait, il l’a eu. Un vrai paradis là bas. Plein de repas lyophilisés à tous les prix : du sucré, du salé, des plats mijotés, des plus basiques…il y en a pour tous les goûts. Beaucoup de choses aussi pour l’hygiène, mais évidemment tout ça a un coup et un poids surtout. Nous irons faire un tour chez Décathlon question de comparer les prix, les poids, les qualités des différents éléments qui nous manquent. J’ai pris quelques catalogues au vieux campeur, pour me pencher un peu plus sur l’achat de la tente et des tapis de sol, voir même de l’oreiller. Pour moi, il est primordiale de bien dormir. Je me rends compte que le poids augmente vite, il va falloir être judicieux sur notre organisation et nos achats.

La semaine dernière nous avons fait une des plus belles randonnées de fontainebleau, avec la Team GR20. Mily nous a alors annoncé qu’elle et Bidou ne seraient, au final, pas des nôtres pour cette belle épopée. Nous avons accusé le coup. Ils ont des raisons qui leur sont propres, du coup nous ne pouvons compter que sur nous même pour nous pousser une fois sur place. Nous avons donc décidé d’avancer la date de départ au mois d’août, soit un mois de moins pour nous entraîner, acheter le matériel et nous organiser. Le projet prend forme et je me sens de plus en plus forte et de plus en plus excitée par cette aventure.

J’adore ce projet, j’adore la façon dont il se prépare, j’adore en parler, me questionner, me renseigner. Je n’ai que rarement ressentit cette excitation et cette envie de faire. C’est exaltant ! je le souhaite à tout le monde de connaitre ce sentiment. Je me demande comment je serais la veille du départ, et le premier jour sur le GR, et en milieu de parcours et quand je poserais pour la dernière fois mon pied sur le sentier…

See U !!

11 Réponses à “Au vieux campeur”

  1. Ambrose 6 décembre 2018 à 17:07 #

    Pretty section of content. I just stumbled upon your weblog and in accession capital to assert that I get in fact enjoyed account your blog
    posts. Any way I will be subscribing to your feeds and even I achievement you access consistently fast.

    Also visit my blog post: descargar facebook

Laisser une réponse

Les Paris de John Anthony |
Tout sur le dauphin à Sévérac |
Tournoi Entreprise - Phelma... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sport,santé et bien-être
| Saint Affrique Natation
| AA-Sport